You are currently browsing the monthly archive for janvier 2010.

Mythologie des jeux vidéo

Laurent Trémel, sociologue, et Tony Fortin, directeur des Cahiers du jeu vidéo, explorent en trois chapitres les mythes autour et dans les jeux vidéo. Dans le premier chapitre, ils discutent des stéréotypes du média : masculinité militarisée, capitalisme (accumulation de ressource), domination, ethnocentrisme, compétition. Le second chapitre est consacré à l’étude du discours sur le jeu vidéo, plus particulièrement sa légitimation, et les forces qui y concourent. Dernier chapitre le cas de GTA IV, sa surmédiatisation et la communion autour du jeu, et se termine en beauté sur la critique la plus fine et virulente du jeu que j’ai pu lire.

Deux extraits :

Sur le patchwork culturel prémâché :

« Les auteurs s’appuient le plus souvent sur des bribes de récits et de mythes provenant de civilisation et d’époques différentes sans véritablement se soucier de la contextualisation et de leur sens. Il en résulte un aplatissement spatio-temporel, où ces références diverses deviennent en quelque sorte toutes équivalentes dans la situation de jeu. […] Ainsi, le plus souvent, ces éléments n’ont plus de lien avec leur signification d’origine et sont là à des fins ludiques, voire pragmatiques, qui s’imposent à leurs récepteurs. »

Sur GTA IV :

« La vérité, c’est que GTA IV ne raconte pas l’histoire de Niko Bellic mais celle du joueur blanc occidental, issu de classes moyennes, qui rêve de la fuite éperdue de Bonnie & Clyde dans les grands espaces américains. »

Je n’en mets pas plus pour ne pas gâcher la lecture, et vous le recommande chaudement.

Mythologie des jeux vidéo de Laurent Trémel et Tony Fortin aux éditions Le Cavalier Bleu, 2009, 14,50 €, ISBN : 978-2-84670-289-8.

S’il me faut retenir une chose de Copenhague ça sera le vélo : impossible de faire 100 m sans en voir un. Ici les cyclistes sont les rois, des pistes cyclables sur tous les grands axes, des feux tricolor pour vélo, des voitures qui font gaffe à vous et vous laisse passer avant de tourner. Plus de 30% de la population l’utilise chaque jour pour aller au boulot, à l’école ou à l’université. Avec ce chiffre on comprend mieux pourquoi Copenhague et si calme. Et même par temps neigeux ils continuent à pédaler, regardez :

Copenhagen January Cycling – Your Country from Copenhagenize on Vimeo.

Et dire qu’il va falloir me séparer de mon vélo pour repartir, je suis triste :'(.

fut bof. Mon top n’est composé que de quatre albums, dont aucun n’est exceptionnel :

Why? : Eskimo Snow parce que je suis fan du groupe.

The pain of being pure at heart : du shoegaze, qui m’a permis de découvrir The Raveonnettes et The Jesus and Mary chain

Soap & Skin : une pianiste et sa voie.

Passion Pit : électro pop indie, et encore je préfère l’EP qui est sorti en 2008.

Au final, j’ai passé la moitié de l’année à profiter des sorties prolifiques de 2008 : Crystal Castle, M83, Cut Copy, In Rainbows de Radiohead, Lil Wayne, Get Well Soon, etc. Puis, j’ai découvert les anciens : Dinosaur Jr, M83 (les disques plus vieux), Tricky, Tom Waits, Coco Rosie, TV on the Radio, etc.

L’année 2010 sera peut-être meilleur, mais elle commence pas super bien, le dernier Yeasayer me donne le goût d’un Animal Collective, c’est-à-dire que ça part dans tous les sens, à la manière d’un feu d’artifice, sans me permettre de m’accrocher à quoi que ce soit. Il y a aussi le dernier Beach House qui n’est pas non plus mauvais, mais la magie de leurs deux précédents albums est cassé par un rythme plus soutenu.

Bonne année \o/, on déménage ?

Oui, c’est par ici : www.indedependant.info

À vrai dire c’est pas vraiment un déménagement, mon blog reste et je vais continuer de parler de tout et laisser des blancs de plusieurs mois… Le site, lui, a pour but de parler de l’actualité du jeu indépendant.

Sinon, si vous êtes intéressé par la rédaction de news et d’article sur le site, vous êtes le bien venu.